Le mot dékapant du moment : CHINE

J’ai fouiné le mot chine sur le web. Il pourrait venir de Qin, (l’empereur Qin Shi Huang) prononcé Tchinn. En son temps (deux siècles avant Jésus-Christ, les Chinois disaient habiter le centre du monde, l’Empire du milieu. Plus de deux mille ans plus tard, où en est-on, à votre avis  ?

En 1973, l’homme politique Alain Peyrefitte sort un best-seller au titre choc et prophétique  : « Quand la Chine s’éveillera. »

Moi, je ne fais pas de politique, hein, je tourne et joue autour du mot Chine. Ou alors c’est lui qui tourne autour de moi, en s’immisçant dans tous mes faits et gestes, dans ma vie privée, ma santé et mes loisirs.

Maligne China

La Chine arrive, non pas à pied (contrepèterie) mais en avion, en bateau, en train, en drone, franchissant sans relâche nos fragiles murailles. Maligne, elle a tout compris, copié, reproduit.

Elle a marketé le communisme et socialisé le capitalisme. Elle s’(ex)porte bien. Au four et au moulin, elle produit, elle vend, et nous la consommons.

Les points sur l’Asie

Je mange Chinois, commande des numéros, 24, 53, 64… Les plats sont servis à la baguette.

Je me détends Chinois. Je passe des heures sur mon smartphone fabriqué en Chine par des petites mains payées trois fois rien.

Je m’habille Chinois, sans trop penser aux coûts-humains.

Au courant de la pollution automobile, je roule électrique grâce à ma batterie au lithium qui polluera plus tard… là-bas ou, en tout cas, ailleurs.

Je suis dans la Lune, ce satellite qui verra bientôt débarquer cinq cents millions de Chinois. Et mao, et mao, et mao.

Je pense au continent de mon cœur, la Pompe Afrique, la préférée des hommes d’affaires du Soleil levant-des-capitaux.

Et le covid dans tout ça  ? Ben, je tombe malade Chinois. Enfin, pas moi, je touche du bois de chez nous, mais quelques millions de non-Chinois.

Alors, je me soigne Chinois. Avec mes compatriotes belges, nous mangeons 8 milliards de pilules asiatiques chaque année.

Pour me protéger du corona, je me masque Chinois. Je me ferais sans doute vacciner Chinois. Le poison et les remèdes, tout-en-un c’est tellement mieux, les Chinois sont merveilleux.

Sinon, je mange un mandarin tous les matins. Bourré de vitamine C.

Et, pour oublier tout ça, je pratique le Tai-chi-chuan ou encore la méditation chinoise. La boucle est bouclée.

Pour aller plus loin

Découvrez tous mes mots dékapants

Cet article a été publié dans Mes mots dékapants. Mots proéminents: , , , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Citation

    Ecrire vite du coeur à l'écran ou très lentement, de la raison à la publication. Jamais entre les deux.
    ~Philippe