« Un bonbon sur la langue » de la grammaire amie Muriel Gilbert

Vous connaissez le Robert  ? Le Larousse  ? Découvrez la Gilbert, la correctrice blonde connue dans le Monde. Oui, un grand M à Monde. Et elle en connaît du monde et des dictionnaires, ses livres de chevet qu’elle consulte pour préparer ses chroniques radios succulentes sur RTL France. Avec humour pour traquer les fautes d’orthographe et malice pour la plus grande joie des lecteurs et auditeurs qui apprennent chaque jour avec elle.

Corrige-moi ou je fais un malheur  !

Oh, on ne voit pas Muriel Gilbert sur la couverture :(

Voici donc le deuxième livre de Muriel Gilbert qui me tombe entre les mains, et ce ne sera pas le dernier.

Le premier fut son plus connu, « Au bonheur des fautes » (voir bonus). Avec « humour et érudition » dit la 4e de couverture (je confirme), elle nous raconte son métier, que je juge indispensable, de correctrice, au sein du grand journal français.

La règle  : la bienveillance

En novembre 2019, j’ai commencé une formation dans le cadre de mes activités syndicales. Parmi les 18 participants, 16 allochtones. Le formateur, Philippe Vandenberghe (ancien journaliste de La Libre), a tenu compte de son public. Oui, le français est une langue complexe.

Il a dit deux choses très justes, entre plusieurs exercices. « L’orthographe, c’est de la technique. » Ce n’est que de la technique. Faut pas en faire une fixette.

Les « grammar nazis », oh comme je déteste cette expression, peuvent se concentrer sur les marques et les médias. Car ce que fait Bescherelle ta mère par exemple, je ne suis pas fan.

Second extrait de la formation de Philippe  : « l’erreur fait avancer ». Et pour cela, il faut écrire, écrire encore, relire, se faire relire. ET, désolé pour la longue digression, lire Muriel Gilbert qui a un talent pour nous faire aimer le français et ses nombreux pièges.

Les trucs et astuces de Muriel en poche

Notre correctrice en chef(fe  ?) a vu son bébé « Un bonbon sur la langue » édité au format de poche. Elle raconte ici.

Où est la faute ?

Drôle pour nous, et malaise pour elle  : une faute sur la couverture  ! Trouvez l’erreur puis cliquez sur le lien dans le paragraphe précédent pour trouver la bébête.

Mon conseil  : courez acheter cet opus et aussi sa suite Encore plus de bonbons sur la langue (pas encore sorti en poche, à l’heure où j’écris).

Les chapitres sont courts, faciles à lire et on en retient toujours quelque chose.

Oui, on peut écrire « bistro ». Sans t :-)

Parmi ma sélection  : la règle de proximité, chère aux adeptes de l’écriture inclusive, a été utilisée jusqu’au XVIIe siècle.

Les hommes et les femmes sont belles.

Les femmes et les hommes sont beaux.

Ensuite, l’accord des adjectifs de couleur… Une de mes grandes angoisses, je dois chaque fois vérifier dans le dico. Sinon, je fais appel à mon ami boileau. Ou la défense du passé simple, « le temps du récit ». Et enfin, le classique pluriel des noms composés.

Bonus

Mon sang de relecteur n’a fait qu’un tour quand j’ai repéré deux coquilles, sous la responsabilité de l’éditeur. J’en ai fait part à Muriel. Elle doit en ce moment flanquer une bonne correction aux Éditions Points.

Dans l’avertissement, oups.

 

Correction Un bonbon sur la langue
Oups dans la liste des ouvrages de l’auteure

Un bonbon sur la langue

Muriel Gilbert, éditions Points, 209 pages

Cet article a été publié dans J'ai lu pour vous, Maison de correction avec les mots-clefs , , . Mots proéminents: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Citation

    Pire que les rendez-vous annulés : les rendez-vous manqués.
    ~Philippe