GrandeurSRvitude : un des supergardiens de la langue française

J’ai été rédacteur en chef en communication interne. Je suis désormais les journalistes de la presse écrite et dénonce parfois leurs travers rédactionnels. Et puis, je tombe sur GrandeurSRvitude et dis « chapeau bas ! »

autoportrait_fenêtre_bibliotheque

Le Jour ni l’Heure : autoportrait à la fenêtre, Plieux, bibliothèque, jeudi 5 novembre 2015.

En haut de la page Twitter d’Olivier Quelier, une photo d’une bibliothèque aux livres anciens, plus rétro que celle ci-contre.

Nous sommes bien dans le domaine de l’écrit.

J’ai d’abord buté sur le nom de son blog GrandeurSRvitude. J’ai compris ensuite  ‘grandeurs et servitudes’.

Un SR, à quoi ça SR ?

SR est l’acronyme de secrétaire de rédaction. Une profession ô combien indispensable. Un secrétaire de rédaction intervient en fin de rédaction pour rendre le texte parfait, ou en tout cas plus lisible selon Wikipedia. Il édite après que les autres ont écrit.

Monsieur Kaplan, un autre secrétaire de rédaction à suivre sur Twitter

Monsieur Kaplan, un autre secrétaire de rédaction à suivre sur Twitter

En Belgique, un secrétaire de rédaction pourrait s’appeler rédacteur final.

C’est le premier lecteur. Le dernier relecteur aussi. Il va couper dans le texte brut. Il va recouper les informations, par rapport aux autres articles et à la ligne éditoriale fixée par son supérieur, le rédacteur en chef.

D’après Fabrice Grosfilley, « c’est une fonction intermédiaire entre la rédaction et l’impression. »

Ce métier, bien que mieux rétribué qu’un rédacteur lambda, est méconnu (peut-être parce qu’invisible ?) et, semble-t-il, peu fréquenté.

De grands noms de l’écriture et du journalisme sont passés par cette case, cruciale vous l’avez compris, pour un magazine ou un journal.

C’est un métier qui s’apprend, notamment grâce à Olivier Quelier.

La langue française vit en 2.0 aussi

Olivier Quelier utilise aussi à merveille le web pour nous enseigner les bonnes pratiques, les livres intéressants et les techniques de rédaction. Restons à niveau, s’il vous plaît.

Son blog a évolué graphiquement :

Toujours selon Fabrice Grosfilley, « les tâches du SR ont désormais tendance en Belgique à être absorbées par les journalistes « de desk » et les chefs d’édition, vu l’informatisation du métier et la diversification vers les supports web. »

Le SR, indispensable caméléon…

Pour Olivier Quelier, « le SR, s’il évolue, s’adapte, se métamorphose même au contact du web, n’est pas près de disparaître. »

Sur Twitter, il est toujours disponible pour un conseil quand le stress de l’heure butoir vous fait oublier votre propre langue maternelle. Par ailleurs, Olivier participe au Projet Voltaire, que l’on ne présente plus.

Je vous invite à suivre de près ce journaliste intéressant, mêlant respect, style et modernité de la langue française.

Pour aller plus loin :

Ce billet n’est pas sponsorisé.

Merci à Fabrice Grosfilley pour ses précisions

Cet article a été publié dans J'ai lu pour vous, Maison de correction, Techniques de comm avec les mots-clefs , , , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Citation

    La langue française est une femme, elle a ses caprices.
    ~Jean-Joseph Julaud (professeur de français et auteur de romans)