Glow : rédaction finale du blog chic et choc

2014. Après quelques numéros en version papier, le magazine Glow renait en digital avec un cross-média chic et choc. Et j’ai le bonheur d’y participer de juillet à fin décembre 2015. Le site, hélas, est fermé depuis 2016.

logo Glow digitalCourrège ou Courrèges ? Oui, avec un ‘s’. Oui, je sais, la mode n’est pas mon fort. Ma cliente Caroline Hamaide a intégré cette donnée lorsqu’elle me fait un briefing.

En 2012, j’ai déjà eu l’occasion de travailler avec elle.

Caroline m’a envoyé en 2014 un e-mail m’annonçant une profonde refonte de l’offre rédactionnelle, avec un passage au tout digital. « Je te recontacte dès que j’ai quelque chose. »

Elle a tenu parole puisque, depuis juillet, des dizaines d’articles sont passés devant mes yeux.

Rédaction finale, c’est-à-dire ?

Un rédacteur final, c’est plus qu’un simple relecteur. Il est en quelque sorte le dernier maillon avant la mise en ligne. Il est le premier lecteur. Le juge attentif.

Les articles sont d’abord écrits par des journalistes, chacun expert dans son domaine. Glow ! peut compter sur des spécialistes de la mode, du cinéma, de la gastronomie, etc.

Chaque journaliste doit respecter le tutoriel d’accompagnement pour que son article s’adapte parfaitement à la ligne éditoriale de Glow !

glow_instagramTour de contrôle

Les règles de rédaction web sont bien sûr aussi d’application pour ce magazine lifestyle en ligne. Une liste non exhaustive :

  • un titre accrocheur, la promesse ;
  • une photo d’entrée d’article invitante ;
  • le fameux chapô qui dit tout en 156 caractères ;
  • une idée par paragraphe avec un intertitre signifiant ;
  • un contenu clair, invitant, positif et original ;
  • de belles photos, avec du sens, souvent avec une légende ;
  • un call-to-action (CTA) pour que le lecteur reste sur le site, quel article pourrait encore l’intéresser ?

Le rédacteur final passe tout cela en revue, à côté d’une relecture classique pour l’orthographe, la grammaire et la syntaxe. Il veille aussi à ce que le style rédactionnel soit élégant.

Il y a enfin le contrôle technique, comme dit Caroline :

  • vérifier :
    • les mots-clés ;
    • les liens web ;
    • les dates, les lieux, les prix le cas échéant ;
    • la graisse sur les mots importants (pas trop, pas trop peu) ;
  • choisir des photos intéressantes pour la page d’accueil de Glow.

Et puis, parfois il faut faire des choix. Ajouter du contenu ou en retirer. Toujours dans l’intérêt de l’équilibre de l’article et du lecteur.

Enfin, l’article passe une toute dernière étape chez la rédactrice en chef avant passage à la traduction, à la programmation.

Contactez-moi pour vos relectures finales !

Cet article a été publié dans Le coeur a ses réseaux, Maison de correction, Techniques de comm, Travaux DKP, WWW avec les mots-clefs , , , . Mots proéminents: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

4 Commentaires

  1. miriana
    Publié le 8 novembre 2015 à 23 h 24 min | Permalien

    La concierge confirme: une super équipe, la Glow Team! 🙂

  2. Caroline Hamaide
    Publié le 9 novembre 2015 à 12 h 04 min | Permalien

    La relecture finale, c’est l’œil frais d’un lecteur lambda avec la précision de maître Capello, la créativité de Picasso, l’intelligence d’Einstein et la vigilance de 007 ! Bravo Philippe !

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Citation

    Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde.
    ~Albert Camus