Filigranes – Cook & Book : le match !

Vous devez retrouver dans cette rubrique la chronique d’un livre intéressant. Je déroge à la règle en testant deux mégalibrairies bruxelloises : Filigranes et Cook & Book. Qui va gagner selon vous ? Quel est votre avis ? 

AVERTISSEMENT : cet article évolue avec le temps.

Le lieu

filigranes_cookFiligranes est facilement accessible via le métro. À une centaine de mètres de la station Arts-Loi, sur l’horrible avenue des Arts.

Cook & Book (celui de Woluwé) est un peu excentré mais accessible aussi (Métro sortie Roodebeek). À quelques pas du Woluwe Shopping Center. Bien vu.

                        Léger avantage à Cook & Book

L’impression générale

Si Cook & Book est un souk, Filigranes est un bazar. Peu de différence au niveau du sens, mais une grande selon moi. Chez Cook & Book, le pêle-mêle est… bien rangé. Des salles thématiques, une présentation agréable des livres, des couleurs, des odeurs aussi. Cette agréable impression qu’on n’est en fait pas obligé d’acheter, qu’on n’est pas vraiment dans une librairie, mais plus dans une galerie.

Chez Filigranes (pour être franc, je n’ai visité Filigranes que quatre fois), les allées sont très étroites, les salles se succèdent, sans âme. Lors de ma visite, j’ai vu des boîtes en carton, des carnet de commande… Désordre. Et que dire du merchandising : gadgets, jeux, autocollants et autres… Le livre en tant qu’objet n’est pas mis en valeur et c’est mon plus gros reproche.

                        Avantage Cook & Book

La qualité de service

SCHNOCK_gainsbourgChez Cook & Book, il y a deux types de personnel visibles : les serveurs et les responsables de rayon. Ici, les serveurs peuvent aussi vous guider. Je cherchais un jour un numéro de la revue Schnock. Le dernier numéro se trouvait en bonne place, mais je cherchais un numéro plus ancien. Il était environ 21 h 30, la librairie était sur le point de fermer. Le serveur, après s’être excusé de ne pas bien connaître le classement des bouquins, a finalement trouvé le Schnock de mon choix après 10 minutes de recherche intensive. Un bon point !

Chez Filigranes, j’ai posé la même question à un responsable de rayon. Il connaissait lui très bien Schnock et j’ai pu le trouver facilement aux caisses. Une vendeuse m’a dit bonjour alors que je passais près d’elle. Un bon point également.

Elle et lui se classent (contrairement à ce que j’ai pu lire par ailleurs) bien au-dessus des vendeurs de la Fnac. Lorsque vous posez une question à ces derniers à propos d’un livre, la réponse sera souvent, en fonction de leur humeur :

  • on n’a pas
  • on n’a plus
  • c’est à moi que tu parles ?
  • je peux le commander, mais il faudra attendre 3 mois.

Je suis repassé en décembre 2014 dans les deux magasins : chez Cook & Book, aucun vendeur disponible. Arrivé au rayon musique, je demande un livre sur les chansons censurées. Le vendeur me dit : « Désolé, je suis disquaire. Tout est là. » Soupir. Chez Filigranes, les vendeurs font l’impossible pour vous aider.

À la caisse, les deux librairies offrent une carte de fidélité (mais il faut la demander, mauvais point pour elles). Chez Cook & Book, le food compte également pour la carte (je ne sais pas pour Filigranes). Chez Filigranes, l’inscription est hyper pratique, munissez-vous de votre carte d’identité, l’enregistrement prend quelques secondes et il vous suffira ensuite de donner votre nom.

Anecdote : Marc Filipson, le patron, met une belle ambiance avec son micro. « Filigranes est ouvert 365 jours par an et 366 jours les années bissexuelles. » Leur second degré se retrouve dans leur magazine : « Filigranes.com arrive, Amazon.com nous voilà. »

                        Match nul entre Filigranes et Cook & Book

Les prix

J’avais lu que Filigranes était cher. Cela s’est vérifié à deux reprises. Tout d’abord au (petit) rayon DVD : le film Django Unchained (en version simple) s’affichait à 23 euros (au lieu de 17-19) !  J’ai voulu tester le prix d’un livre : Comment faire bouger son mammouth… et ne plus procrastiner. Je l’ai trouvé en fait très rapidement au rayon Développement personnel. En cela, je contredis mon avis supra sur le rangement de cette mégalibrairie. Il faut dire que la couverture était verte et non blanche comme la plupart des livres voisins. Le prix ? 17,85 euros. Chez Amazon : 15,11 euros, soit près de 15 % moins cher ! Les frais de livraison sont gratuits depuis peu. Le match entre Amazon et Cook & Book devrait pencher aussi en faveur du géant de la vente de médias en ligne.

                         Pas de match entre Filigranes et Cook & Book

Conclusion

Les grandes librairies doivent se réinventer et proposer quelque chose que la vente de livres sur Internet ne permet pas : une expérience. Humer un livre, le feuilleter, le peser, le laisser nous séduire… ou pas.  Qui vient avec moi découvrir Tropismes ?

Pour aller plus loin

Amazon ambitionnerait plus de 300 librairies physiques.

Cet article a été publié dans J'ai lu pour vous avec les mots-clefs , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

6 Commentaires

  1. Publié le 2 septembre 2013 à 20 h 16 min | Permalien

    Salut Philippe,
    Sincèrement, tu dois retourner chez Filigranes quand les travaux seront terminés. Il y a un côté « coins et recoins » que j’aime bien (sans parler du choix).
    Mais ma librairie préférée reste Tropismes. Endroit magique !
    Quant à ta comparaison avec Amazon… bien sûr, il y a le prix, mais aussi le plaisir de farfouiller dans les rayons. Et ça, ça n’a pas de prix.
    Jacques

    • Publié le 2 septembre 2013 à 20 h 51 min | Permalien

      Bonjour Jacques. Oui, je reviendrai chez Filigranes. Quand nous donnons-nous rendez-vous chez Tropisme que je ne connais pas encore ?

  2. Eric
    Publié le 25 mai 2016 à 9 h 06 min | Permalien

    Philippe,
    Pour un bibliophile, il existe plusieurs librairies absolument incontournables. J’en connais de merveilleuses à Londres, à Vérone, à Paris, à Liège, à Glasgow, à Waterloo, à Cologne ou à Amsterdam. (Je me demande d’ailleurs pourquoi on n’en a pas encore publié un guide).
    Parmi ces « musts », l’un d’eux est relativement relativement facile d’accès ; c’est « Le Furet du Nord », sur la Grand Place de Lille. Six énormes étages de bouquins de tous styles, de tous formats et de tous auteurs, on y passerait la semaine.
    Eric

    • Publié le 25 mai 2016 à 11 h 05 min | Permalien

      Merci Eric pour ton commentaire. Je ne sais pas si quelqu’un a déjà publié un article sur les plus belles librairies au monde. En tout cas, Lille ça m’intéresse !

  3. Marilyne Six
    Publié le 7 août 2018 à 9 h 29 min | Permalien

    Pour les namurois, la librairie Papyrus, Rue Bas de la Place, non loin de la place d’armes. Selon moi, la meilleure. Je trouve presque toujours le bouquin que je cherche (sinon commande rapide), Les vendeurs sont disponibles, souriants, de bons conseils.
    Il y a aussi des livres en langues étrangères, anglais, italien, allemand. Bon pas en Ndls car aucune demande. C’est général à Namur. 😪.
    Tout est bien rangé, carte de fidélité électronique.
    Bonne lecture.

    • Publié le 7 août 2018 à 11 h 16 min | Permalien

      Merci Maryline, expérience cliente intéressante. Revenons vers nos librair(i)es. Le contact social, le contact du papier avant l’achat, et pas forcément plus cher que sur Internet.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Citation

    Une page blanche, c'est un paradis d'espaces.
    ~Philippe