Atelier d’écriture 2 : les valves des syndics

Nouvel atelier d’écriture. Ou de réécriture. Cette fois-ci, pointons les messages des valves dans les copropriétés. Ou panneaux d’affichage en bon français.

atelier d'écriture 2 - DéKaPé Copywriting
Un message pas assez “sécuritaire” à mes yeux. Alors, on le réécrit. Vous êtes d’accord ?

Communiquer, une porte ouverte ou fermée ?

J’ai repéré cet affichage dans un ascenseur. Il est là depuis belle lurette. Comment le trouvez-vous ?

Prenez quelques secondes pour noter vos impressions.

On commente, puis… atelier d’écriture !

Ce qui ne va pas dans ce message :

  • la formule d’appel « bonjour chers occupants » inutile ici. On peut squatter l’immeuble et être un occupant :-) ;
  • deux voire trois phrases « anacondesques » ou trèèèèès longues ;
  • l’usage du gras et le soulignement. Tout ou presque. On insiste au « gros rouge » ;
  • l’utilisation du verbe « pouvoir » (voir bonus plus bas) ;
  • l’affichage n’est plus lu, il semble permanent ;
  • le mot le plus important est à la fin. Vous l’avez ?

Analyse et contre-proposition

Ce message est un message de sécurité. C’est une procédure. Il faut la respecter, point.

La sécurité est un besoin capital, le deuxième selon Maslow.

Alors il faut aller droit au but. Laisser tomber ces phrases à rallonge et ces « voulez-vous bien, s’il vous plait, ce serait gentil… ».

Clarté et efficacité.

Et, pourquoi pas, en ajoutant un peu de suspens ?

Photo Philipp Lansing

Ma proposition

TITRE Vous sentez-vous en sécurité ?

En date du XX, un voleur est rentré dans votre appartement.

Imaginez. Un de vos voisins a laissé entrer un individu.

Fiction ?

Oui, si vous respectez ceci :

  • Fermez la porte d’entrée de l’immeuble.
  • N’ouvrez pas la porte aux inconnus.
  • Raccompagnez vos invités à la sortie de l’immeuble.

Pour votre sécurité

Merci.

Et c’est tout ! On peut écrire des variantes de ces messages, à placer régulièrement dans l’ascenseur ou aux valves.

Et vous, comment auriez-vous réécrit cet avis ? Laissez un commentaire à ce 2e atelier d’écriture.

Bonus : le petit pouvoir du verbe pouvoir

En copywriting (ou écriture commerciale), le verbe « pouvoir » pâlit souvent, comme « être », « avoir » ou « faire » pour une écriture classique. Pouvoir, dans le sens d’être capable, pas dans le sens « avoir la permission ».

Remplacez dès lors ces timides « pouvez » et « pouvons » par le verbe conjugué, idéalement à l’impératif.

Exemple : « Grâce à notre produit performant, vous pouvez retrouver la forme ».

Mieux : « Grâce à notre produit performant, retrouvez la forme  ! » Une injonction soft, en quelque sorte :-)

Contactez-moi pour écrire ou réécrire vos écrits.

Written by

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.