Chanson en chantier : « Il sifflait le train »

Attention : article spécial. Un chantier permanent, une chanson qui va évoluer, un livre à (pia)noter.

Mon nouvel exercice : écrire une chanson

J’ai écrit à peu près tout dans ma vie : des blogs, des lettres d’amour, d’excuse ou de réclamation (pas forcément dans cet ordre, d’ailleurs), des discours, des scénarios de vidéos, des ironèmes, des poèmes d’entreprise, des communiqués de presse, même une recette de cuisine ou un livre (le Carnet inspirales, en collectif).

Après quelques mois de jachère consacrés à la promotion du dernier cité, je reviens à mon blog pro avec un nouvel exercice : l’écriture d’une chanson. Oui, c’est compliqué.

J’ai décidé de laisser ici les paroles brutes et d’y revenir régulièrement, avec les commentaires des uns et des autres : tendre vers la concision, corriger une rime, simplifier ou, au contraire, ajouter une couche. Je verrai.

Si un compositeur me lit ici et veut y coller sa musique, qu’il se fasse connaître !

Ensuite, je vous parle brièvement d’un livre qui m’a passionné, que je vais relire (tiens, parenthèse, quel livre de votre bibliothèque avez-vous déjà relu ?)

Il sifflait le train

Photo : To the black Sea, @ Etienne Buyse

COUPLET 1

Homme sudiste,
Cheveux au vent
Envie prenante
Jambes vivantes.
Vite, la gare,
Vite, le bon quai
Sa voyageuse arrivait
Oui, il la voulait.


COUPLET 2

Le hall bleu bondé,
Il traçait son chemin,
Ces passants égarés
Son cœur serein.
Au bout de la station,
dans un quart d’heure
Le visage en vrai
d’une femme-bonheur.


REFRAIN

Il sifflait le train,
son seul moteur
Leurs âges pressés,
envie d’autre chose.
La vie cruelle,
celle des noirceurs
Qui leur proposait
une vraie belle pause.


COUPLET 3

Arrivée du train du Nord
L’heure est venue
Conjuguons le sort
Nos âmes nues
Dès qu’il la vit
Elle se laissa faire
Un moment de vie
avec la passagère du fer.


COUPLET 4

Le premier baiser,
timide et doux
Elle posa ses bagages
puis sa main sur sa joue.
Ticket validé
pour de premières étreintes
Leur wagon réservé,
lumières éteintes.


REFRAIN

Il sifflait le train,
son seul moteur
Leurs âges pressés,
envie d’autre chose.
La vie cruelle,
celle des noirceurs
Qui leur proposait
une vraie belle pause.

Claude « Le maître » : l’art d’écrire une chanson

C’est un bouquin qui conjugue ma passion pour la musique et pour l’écriture.

L’art d’écrire une chanson

La liste des chanteurs qui ont fait appel à Claude Lemesle est grandiose.

Jamais je n’ai lu un artiste aussi humble devant les artistes avec qui il a collaboré dans cet art mineur comme disait Gainsbourg.

40 ans de chansons, de la sueur, de la technique, de la liberté et de la créativité. On remonte le temps, au départ d’une idée, d’un refrain, d’un bout de couplet… La chanson française dans ce qu’elle a(vait) de meilleur.

L’art d’écrire une chanson de Claude Lemesle  : 165 pages chez Eyrolles

Wagon de tête

On termine par un artiste que j’aime beaucoup, Art Mengo, source d’inspiration principale pour mon brouillon pas encore sur les bons rails.

Cet article a été publié dans J'ai lu pour vous, Je prends des notes avec les mots-clefs , , . Mots proéminents: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

2 Commentaires

  1. Etienne
    Publié le 8 juillet 2019 à 7 h 46 min | Permalien

    Bonne idée trouve-je.
    En mentionnant mon nom comme tu le fais, c’est comme si tu me créditais de l’idée ou d’une part de ton texte. Trop d’honneur.
    Peut-être devrais tu plutôt écrire quelque chose comme : Photo : To the black Sea, @ Etienne Buyse
    Merci pour le lien.
    Va bene

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Citation

    Arrêtez de violer notre langue, c’est abusé !
    ~Philippe