Archives de la catégorie : J’ai lu pour vous

Régulièrement, je ponds un petit texte sur un livre qui m’a plu. Votre mission : l’acheter et/ou commenter (voire même critiquer) mon billet.

« Entre Brest et l’Atacama » : premier roman de Danielle Isa Janssen

Encore un premier roman, allez-vous penser. Plus que l’histoire elle-même, c’est le parcours et l’opiniâtreté de l’auteure, Danielle Isa Janssen, qui m’ont séduit. Attaquons.

Également publié dans J'ai lu pour vous | Mots-clefs : , , | Laisser un commentaire

« La grammaire est une chanson douce » d’Erik Orsenna

Je ne sais pas comment ce livre de 130 pages est arrivé dans mes mains. Est-ce un livre scolaire d’une de mes filles ? Je n’en sais rien. Poésie, légèreté et amour de la langue française au programme de ce conte délicieux de l’académicien français.

Également publié dans J'ai lu pour vous | Mots-clefs : , | Laisser un commentaire

« Les mots sont un jeu : 100 questions pour trouver ses mots » de Pierre Jaskarzec

La langue française est difficile. Après avoir lu ce livre, vous l’aimerez et la maîtriserez un peu plus. Et vous aurez aussi joué avec les mots, car l’opuscule se veut ludique.

Également publié dans J'ai lu pour vous | Mots-clefs : , , , , , | Laisser un commentaire

“L’éloge de l’optimisme” de Philippe Gabilliet

Êtes-vous optimiste ou pessimiste ? Parfois les deux, selon le moment sans doute. Philippe Gabilliet analyse en détail la définition même de l’optimisme et trace des pistes pour nous rendre, un rien, beaucoup, passionnément entreprenants dans notre vie privée et professionnelle.

Également publié dans J'ai lu pour vous | Mots-clefs : , | Laisser un commentaire

“Vous avez des nouvelles de William ? » (selon Anita Van Belle, il serait sur Instagram)

J’adore traquer les nouveaux courants rédactionnels. Je suis intrigué par un post Facebook m’envoyant vers un “conte” Instagram à la recherche d’un certain William. Enquête à la source.

Également publié dans J'ai lu pour vous, WWW | Mots-clefs : , , | 4 réponses
  • Citation

    Le lecteur se tue à abréger ce que l'auteur s'est tué à rallonger.
    ~Montesquieu