Les éditions Chronica ? “Lu, relu et édité !”

Nouveau client en 2021 pour des relectures : Christophe, patron d’une petite maison d’édition bruxelloise avec un mode de fonctionnement novateur.

L’impression des premiers “Londres, 1968” de Brice Depasse et Aurélien Baudinat

Il y a toujours une faute dans un livre

C’est pour cela que l’on fait appel à un relecteur ou une relectrice.

Merci Stéphane :-)

Je reprends : tout écrit demande une relecture, en ce compris un livre.

Relire un livre, c’est traquer tout ce qui a échappé à l’auteur(e) ou à l’éditeur. C’est lui faire des propositions d’amélioration, de le soutenir dans les dernières heures avant l’impression.

Si cela est possible, je demande toujours à pouvoir relire en deux temps :

  • sur la base d’un document Word par exemple ;
  • sur la base de l’épreuve en format PDF.

Le scan du correcteur

Tout passe au scan de l’oeil et de la mémoire du relecteur ou de la relectrice :

  • orthographe
  • syntaxe
  • grammaire
  • répétitions
  • incohérences
  • dates
  • noms propres.

Vers mes autres travaux de relecture !

Trois relectures à mon compteur pour les éditions Chronica

Je l’avais dit qu’il y avait faute, BORDEL ! ! ! :-)

Christophe m’a fait confiance pour relire quelques textes de la BD de Brice Depasse et Aurélien Baudinat : La Story Nostalgie – Londres 1968”, un “voyage inédit et captivant dans la capitale britannique de la fin des années 1960.”

Mais aussi dans un autre genre, Belle armada” du cartooniste belge Pad’R.

Je n’ai pas relu les phylactères mais bien les mises en contexte du dessinateur qui officie notamment dans la DH.

Enfin, quelques minutes pour relire deux textes à paraitre dans “Game Day” de John-John Dohmen, l’ancien capitaine des Red Lions, l’équipe nationale belge de hockey.

Votre livre : autoédité ? À compte d’auteur ? Ou Chronica ?

Pour mon premier projet de livre, le Carnet inspirales, j’avais choisi l’autoédition.

Pour avoir le contrôle sur le contenu, le prix, le planning. Sur tout.

Ce ne fut pas un mauvais choix, en tout cas une expérience, certes encombrée par des mois de promotion. Et je préfère écrire (ou relire) que vendre.

En tout cas, mon deuxième projet de bouquin (des aphorismes en dessins) avec mon pote Jean-Marc Torelli semble intéresser Christophe qui propose, je peux en témoigner, une solution alternative pour les auteurs en quête de sérieux et de visibilité.

Alors, les éditions Chronica, une maison d’édition petite mais costaude ? Non peut-être !

Cet article a été publié dans Le coeur a ses réseaux, Travaux DKP avec les mots-clefs , , . Mots proéminents: , , , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.