Les jours où rien ne va au boulot

Comment gérez-vous vos journées difficiles au travail ? Voici une de mes pires journées au boulot.

J'aurais mieux fait de rester dans mon lit.

J’aurais mieux fait de rester dans mon lit.

Je devais m’en douter. J’ai deux pieds gauches au lever du lit. Tel un zombie, je me rase-lave-vêts-presse de manger et de joindre mon poste de travail.

Cela commence par une maladresse en réunion.

Ensuite, une occasion manquée lors d’une présentation.

Cela continue avec une chaîne de mails pires que des spams.

Enfin, un énorme problème technique qui me fait quitter à 19 heures.

Mais finalement, cette journée s’est-elle limitée à cela réellement ? Est-ce le mauvais sort, les mauvaises décisions, le stress qui ont provoqué ces tracas ? Il y a pire…

Le bon côté des choses

Il y a surtout eu de très belles choses aussi durant cette journée que je qualifiais voici peu de pourrie.

L’esprit d’équipe en renfort, les conversations encourageantes, les solutions créatives, de tout cela il a été question aussi hier. C’est une question de point de vue et d’état d’esprit…

Qu’en pensez-vous ? Réagissez en commentaire et/ou partagez ce billet.

Cet article a été publié dans Le passé de DKP avec les mots-clefs , , , . Mots proéminents: , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

7 Commentaires

  1. miriana
    Publié le 22 juin 2012 à 21 h 38 min | Permalien

    Ma méthode infaillible: la sieste. Quand rien ne va, je dors une heure ou deux, ou même juste 20 minutes, je me lève et je recommence la journée autrement. Et oui, je faisais cela aussi quand je travaillais dans une grosse société! :o)

    • Publié le 22 juin 2012 à 21 h 49 min | Permalien

      Excellent comme idée. Moi je vais tester le Taî Chi en septembre. Bon pour les personnes stressées apparemment…

  2. Publié le 25 juin 2012 à 10 h 31 min | Permalien

    Je n’ai pas un travail stressant… ou devrais-je plutôt dire : mon travail ne me stresse pas. Question de philosophie de vie.
    Quand tu m’a raconté ta journée j’ai eu l’impression qu’une part de ce qui t’arrivait était due à ton humeur, qui a fait que tu ne savais pas « te relever » durant cette journée.
    En ce qui me concerne, les rares contrariétés que j’ai au travail me poussent à me remettre en question plutôt que d’en vouloir aux autres (mais la conclusion n’est pas toujours que le tort est dans mon camp!).

    J’ajouterai que dans bien des cas, les motifs de contrariété, que ce soit au bureau ou en couple, ne valent pas la peine de donner autant d’énervement : réagir calmement et se donner le temps de la réflexion sont bénéfiques pour la santé…

    Enfin, pour terminer, quand je vais au bureau en traînant des pieds, je pense à tous ceux qui ont vraiment un métier de m… Et là alors j’ai vraiment honte d’avoir des pensées noires…

    • Publié le 18 juillet 2012 à 9 h 40 min | Permalien

      merci pour ton commentaire Paul, une belle leçon de vie et d’humilité.

  3. Publié le 25 juin 2012 à 10 h 33 min | Permalien

    J’ai fait un beau et grand commentaire qui a été bloqué comme Spam !
    Philippe : petit exercice WordPress : supprimer ce commentaire-ci et ramener mon précédent !
    🙂

  4. Josy
    Publié le 20 septembre 2015 à 12 h 25 min | Permalien

    Moi, je ne sais plus. J’ai fait un méchant burnout à cause de gens qui aimaient voir que je perdais pieds dans mon travail. J’ai toujours trouvé mille solutions de secours malgré la gestion catastrophique de mes supérieurs. Puis je n’avais plus que mes larmes et ma colère. Le travail en tant que salarié dans une entreprise, c’est l’esclavage. C’est fini. Maintenant je suis en dépression profonde.
    Allez,courage, les gens gentils avec les autres.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Citation

    J'aime quand les mots percutent. Mais je n'aime pas l'avalanche des mots.
    ~Yolande Moreau