Killing Joke : « Killing Joke » 2003

Killing Joke. Un de mes derniers concerts. Un de mes premiers groupes préférés. Folie et maîtrise. Du rock mais pas uniquement, depuis plus de 30 ans. Mon avis sur un de leurs meilleurs albums.

Killing Joke 20032006. Je suis dans une magnifique chambre d’un grand hôtel de Madrid. Dans 10 minutes, je descends dans la cage aux lions pour faire une présentation d’une heure, en anglais, devant un parterre de professionnels de la communication d’AXA Worldwide.

Je flippe ma race, je piss in my trousers, bref i’m not very proud. Que faire ? Je sors mon Ipod blanc (sans écran) de l’époque (vous savez, avec la cordelette). Et retrouve la meilleure plage de cet album : The Death & Resurrection Show.

7 minutes plus tard, je ferme la porte de ma chambre, entre dans l’arène, et kill them all… Ceci pour donner une idée de l’énergie que ce morceau dégage.

Cet album (sans titre ? ? ?) recèle d’autres pépites, d’autres rochers brisés par la fusion du quatuor anglais, brut de chez brut. Pas étonnant qu’un autre morceau incandescent (le plus court de l’album) se nomme Asteroids (avec une intro hurlée de Jaz Coleman) et que le producteur soit un certain…. Volcano.

« Les patrons sont de retour. » (titre d’une critique de l’album sur Amazon.fr) En effet.

Après avoir visionné cette vidéo ci-dessous, vous vous poserez la question. Ce chanteur est-il fou ? Des paroles souvent obscures, des textes sur la fin du monde, des références religieuses, des incantations…. Mais on s’en fout un peu. L’énergie de ce groupe, un des plus sous-estimés de la scène rock indus, peut tout à fait suffire à votre bonheur musical.

N’écoutez pas les interviews du sorcier guerrier, contentez-vous du résultat, sur CD ou encore mieux, en live ! Son chant est soit très clair, soit sorti tout droit de la salle de bains de Belzébuth.

Ah oui, Wikipedia vous dira aussi que KJ était contre la guerre en Irak.

Comment ce groupe peut-il dégager une puissance de feu pareille ? De grands groupes s’en sont inspirés. Nirvana et Rammstein ont samplé chacun un morceau de KJ. Ce dernier, pas chien (mais après avoir gagné leur procès contre le groupe de Seattle), a engagé Dave Grohl, batteur de Nirvana, pour quelques morceaux de cet album. Dave raconte leur rencontre ici.

Bon, pour le reste, mes autres morceaux préférés : Implant (des guitares nerveuses, des breaks, des râles du feu de l’enfer), Blood on your hands (même tempo, quand s’arrêteront-ils ?), The House That Pain Built (plus lent et plus lourd).

La zik, encore, par ici

Cet article a été publié dans Je prends des notes avec les mots-clefs , , , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

3 Commentaires

  1. Publié le 20 août 2014 à 10 h 35 min | Permalien

    Nirvana et Rammstein ayant samplé KJ ? Mince !
    Je ne connais pas toute leur discographie, mais j’adore l’album Pandemonium, et le dernier, MMXII, est très bon.

    • Publié le 21 août 2014 à 16 h 56 min | Permalien

      Ecoute ‘Come as you are’ (juste l’intro) puis l’intro de ‘Eighties’ de KJ. Pour Rammstein, écoute le riff principal de ‘Bestrafe Mich’ et compare avec ‘Millenium’. … Et selon Wiki tout viendra de ‘Life goes on’ de The Damned. Effectivement…

  2. Publié le 20 août 2014 à 10 h 53 min | Permalien

    Apocalypse…

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

  • Citation

    Une page blanche, c'est un paradis d'espaces.
    ~Philippe