Je suis un indépendant, je suis les indépendants.

Je republie cet article (paru en 2011 dans Union & Actions, le magazine de l’UCM), réécrit design (merci boileau). En bleu, les changements. En rouge, les mots supprimés. Cela ne devrait pas trop gêner votre lecture, le texte n’est pas long.

« Suivons un indépendant…

Suivons un indépendant qui a participé à la 3e édition du salon de la communication pour les PME à Genval. « C’est par le monde de l’entreprise, prioritairement les indépendants et les PME, qu’on va pouvoir relancer la machine économique », a dit Sabine Laruelle, “ma” ministre, dans Union & Actions. C’est un bel encourageament pour mon activité. Je referme le mon journal et me rends au salon, curieux attiré par l’éventail des solutions présentées. Car c’est vrai, je n’ai jamais vraiment pensé à ma communication, en termes de stratégie par exemple. J’ai tellement délaissé ce point poste si important aujourd’hui ! Il gèle dehors et ma communication est grippée.

J’ai un produit, j’ai des idées, de l’ambition et des clients. Comment réunir ces quatre éléments et agir afin que ma petite entreprise grandisse et innove ? Comblons mes lacunes en com.

9 h 30. Ma première conférence. En une heure chrono, je comprends grâce à Anne-Catherine Lahaye m’apprend que je dois d’abord en tout premier lieu établir une politique de communication. Viennent seulement Ensuite une stratégie et, enfin, un plan de communication avec différents outils, médias… et messages. Il me faut plus que des Ce ne sont pas les affichettes et des mailings écrits sur un coin de table qui vont me faire connaître. Et puis, voilà mon site internet a vieilli qui prend les poussières. Et les réseaux sociaux ? On en parle tellement. Sont-ils utiles pour moi ?

Moi, dans les allées du Salon Objectif.com. Très concentré.

13 h 30. Cap sur les stands pour trouver des réponses, des spécialistes, bref, des pistes.  Je réfléchis avec un  coach comment à la façon dont je pourrais  insérer des outils web dans mon un marketing mix idéal pour mes besoins d’indépendant. J’accumule Mon sac se remplit de dépliants, livres et bonnes adresses. Je rencontre alors une femme qui a une double casquette : chargée de communication, (venue enrichir ses connaissances) et indépendante complémentaire en quête de contacts professionnels. Qui sait, rejoindra-t-elle un jour le monde des indépendants temps plus que plein ?

16 h 30. Briefer J’apprends en une heure comment réaliser un bon briefing pour une agence de communication  ? Je l’ai appris en une heure. Avec ceci, j’espère pouvoir au moins en convaincre une de mes besoins en communication. Le budget que je veux y consacrer sera-t-il attirant à ses yeux ?

18 heures. Je quitte le salon. Il fait toujours aussi froid, mais j’ai le feu à présent assez d’informations et de cartes de visite pour réchauffer la promotion de mes activités ! »

Pour aller plus loin

Et vous, pensez-vous à couper dans vos textes ? Pas facile. Contactez-moi en cas de besoin !

 

Originally posted 2012-04-18 22 :53 :47.

Cet article a été publié dans Techniques de comm, Travaux DKP avec les mots-clefs , , , , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Un commentaire

  1. Publié le 22 avril 2012 à 14 h 47 min | Permalien

    Encore un article intéressant sur les indépendants en Belgique et notamment le glissement salariés > indépendants temps plein/complémentaires. Merci David Hainaut. http://www.references.be/magazines/2012-01-28

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Citation

    Un rédacteur compte ses mots, un copywriter compte sur l'émotion.
    ~Philippe