Encore des fautes courantes de journalistes (suite et presque fin)

Avant-dernier article dans lequel j’écris à boulets rouges sur la paresse professionnelle de certains journalistes web.

Une faute dans le titre

Évidemment, plus le titre est long, plus on risque d’oublier une lettre ou un accent. Chapeau, le Huffington Post !

Ou ici, dans le titre d’un tweet. Bon OK la Libre a été catho, mais quand même !

Une faute dans le chapô

Quand on entame un article et qu’on bute sur une faute, on ne donne ni 10/10 ni 7/7.

 

Des fautes un peu partout

Le drame : dans un article consacré à l’orthographe. Reste que le contenu de cet article de la RTBF.be est fort intéressant. Quand je cale sur un mot, je contacte la Maison de la Francité. Rapide et gratuit, le pied. Complétez votre liste de favoris.

Une faute, c’est pas grave après tout

Avant que > subjonctif

Après que > indicatif (logique, l’action a lieu… après)

Une faute dans un communiqué de presse. Cela ne pardonne pas. Pour n’importe quelle presse.

Mise à jour ou mise au jour ?

Le très sérieux journal L’Echo confond. Un bel exemple ici. Soit on découvre (on met au jour), soit on met à niveau (on met à jour). Le Vif s’y met aussi tiens, dans la première phrase de son article, c’est moche.

Un Belge ici, un belgicisme

OK, nous sommes dans un article sur le sport. Sur le foot en plus. Mais le journaliste doit-il reprendre texto le discours d’Hugo Broos ? Carte jaune, la DH :-)

Une faute dans la légende d’une photo

Souvent lors d’événements sensationnels pour lesquels il faut aller vite et surtout plus vite que les autres, on commet un impair. Bien vu, Marcel Sel.

erreur_photo_journalistes

Un manque de rigueur

Quand on annonce par erreur la mort d’une personnalité, on rentre dans le mur.

rigueur_nournalistes_new

Je défends la presse, sans faute !

Je ne passe pas mon temps à traquer les sales manies des journalistes. Parfois, je crée des concepts et défends cette profession.

Ici

Pour aller plus loin :

Originally posted 2015-07-19 13 :45 :20.

Cet article a été publié dans Maison de correction avec les mots-clefs , , , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

6 Commentaires

  1. Publié le 20 juillet 2015 à 10 h 01 min | Permalien

    Normal, tout est de la faute des journalistes et du refroidissement en primaire comme en secondaire

  2. Publié le 20 juillet 2015 à 10 h 14 min | Permalien

    Certainement Pascal. On peut imaginer aussi la rapidité avec laquelle les journalistes doivent littéralement ‘pondre’ leurs articles, le fait qu’ils doivent tout faire eux-mêmes, y compris poster une photo parfois. Où sont les relecteurs ?

    • Jérôme Garbarino
      Publié le 28 juillet 2015 à 15 h 48 min | Permalien

      A priori pas dans votre maison de correction !

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Citation

    Pour peser vos mots, usez d'anagrammes.
    ~Philippe