Embrasons-nous devant la glace

L’écrit court, toujours. A présent, une compilation de #6mots, exercice d’écriture créative sur Twitter déjà narré ici. Six fois quatre fois six mots, cela crée une petite histoire imaginaire. Essai de frapper l’émotion au début de chaque paragraphe. C’est vous qui appréciez ou non.

Nous nous rencontrâmes sur une page
Le préambule écrit vite, sans ratures.
Le corps du récit, fougueux, volage
Las, elle tirait trop la couverture.

**

#Seaview – Félix © étienne buyse, 2018 – www.etiennebuyse.eu

Rencontre fulgurante dans le train bleu
Passion grande vitesse, passage à nouveau
Déjà, désir ardent : créer à deux
une destination commune, un Nous beau.

Ton odeur, ta chaleur, ta fraîcheur
Tes courbes adroites, tes sottes envies.
Appelle, appelle mes cinq sens chercheurs
Éteins ce jour, allume notre nuit.

Ce sentiment de déjà vu inédit
Cette couleur de peau, boutons roux.
Ces notes trop hautes, si mimi
Cette chanson si love in you.

Embrasons-nous devant la glace, sans fin
Heureux de voir, enfin, notre nous.
Couchés, caressons nos pays sauvages, mutins
Pertes de contrôle, on s’en fout !

J’aimais la texture de ses mots.
Son silence à goûter le souffle.
Nos petits moments, ces intimes bruissements
Comme si le temps voulait enregistrer.

Mes rêves s’arrêtent toujours à toi.
Clapotis de vagues d’un autre âge.
Réveil sans nous, bougon et flagada
Cette nuit, désir d’un nouveau mirage.

***

Cet article a été publié dans Textes courts. Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Citation

    J’appelle journalisme ce qui sera moins intéressant demain qu’aujourd’hui.
    ~André Gide