Yes, Ernest Hemingway débarque sur Twitter #6mots

L’écrit court. J’aime l’exercice. Comme un sport quotidien. Dans la jungle des comptes Twitter, entre trolls, disputes politiques, spams commerciaux et comptes pornos, je suis tombé sur un concept ludique : #6mots. Explication du discret propriétaire du compte, appelons-le Massimo (pardon).

Ernest écrivant sa propre bio pour Wikipedia

Ernest Hemingway, célèbre écrivain américain, s’est un jour lancé dans un pari fou : raconter une histoire en 6 mots. Un exercice rédactionnel que les oulipiens n’auraient pas renié.

Vous connaissez sans doute son :

« À vendre : souliers de bébé, jamais portés ».
En anglais : «For Sale, Baby Shoes, Never Worn».

Waouw. Tout est dit.

Le magazine en ligne pure player Slate.fr doute de la véracité de ce qui précède, peu importe.

Massimo (alias mprince) explique : « Il existait un site qui s’appelait 6mots.com. Il suffisait de s’inscrire pour pouvoir poster des 6 mots, qui étaient « likés » par les membres. Le cumul de ces likes donnait lieu à un classement. »

Massimo n’a pas l’occasion de contribuer au site, car celui-ci s’arrête brusquement. Il décide alors d’utiliser le hashtag #6mots sur Twitter, qui existe déjà, également en anglais.

Entre-temps, le jeu écrit migre du site web à Facebook : « Le Cercle des 6Mots réapparus », groupe fermé (pourquoi ?) créé par un certain Philippe Boulanger.

Mprince crée alors son compte sur Twitter. Et cela marche.

Que veut-il faire de ces centaines de petites histoires ? Les publier ? Mprince estime qu’elles appartiennent à leurs auteur(e)s « et qu’une part de leur charme tient dans l’aspect éphémère de la publication sur les réseaux sociaux. Dans les formes (très) courtes, le lecteur fait une grande part du « travail » et son ressenti dépend de son humeur. »

6 mots, exactement ?

« Oui, c’est six mots exactement. Mais décomptés à la façon d’un traitement de texte. Deux mots sont séparés par une espace. C’est très contraignant. Et il y a parfois des 4, 5 ou 7 mots qui sont remarquables. Mais la règle donne tout son sens au jeu. »

Donc, « j’ai/envie/de/manger/des/pommes » rentre dans le game même si cette histoire courte et sucrée à souhait compte en réalité sept mots.

Y a-t-il un ou une nouveau/nouvel Hemingway sur Twitter ?

Mprince : « Je trouve cet exercice très difficile. Surtout si on retient l’exigence de départ : raconter une histoire. La production est très inégale. Mais parfois on tombe sur de véritables pépites. »

Je constate la bienveillance que l’administrateur de ce compte par rapport à ses protégé(e)s. Un conseil, un RT (partager le tweet à ses membres), un like. Un peu à la manière d’un animateur d’atelier d’écriture. Qu’il est peut-être dans la vraie vie…

Mon ami Boileau vous fait jouer

Ici.

Oui, jouez vous aussi aux 6 mots !

Ici en commentaire, ou sur Twitter.

Cet article a été publié dans Textes courts, WWW avec les mots-clefs , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

8 Commentaires

  1. Philippe Riondel
    Publié le 30 avril 2018 à 22 h 44 min | Permalien

    J’aurais légendé la photo : « Ernest écrivant sa bio pour Wikipedia », 6 mots pour une histoire…

  2. Publié le 30 avril 2018 à 23 h 28 min | Permalien

    Un copywriter joue avec les mots

  3. Christine
    Publié le 6 mai 2018 à 22 h 52 min | Permalien

    Tout compte fait
    Seule l’amitié compte.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Citation

    Essai littéraire : pour le plaisir démo.
    ~Philippe